Patrice Coquereau_biographie_2014Avec 70 productions théâtrales à son actif, Patrice Coquereau a touché à tous les genres; théâtre classique, théâtre contemporain, et surtout, la création québécoise. Outre ses rôles dans les populaires téléséries Rumeurs et Le Coeur a ses raisons, Patrice a entre autre joué dans Vrak la vie, série pour laquelle il a reçu un Gémeaux, District 31, 30 vies, La Théorie du K.O., Toute la Vérité, Les Bougon, Un gars, une fille et 3600 secondes d’extase. Passionné d’improvisation, il joue trois saisons dans la L.N.I., où il remporte en 2000 le trophée Robert Gravel. On l’a vu dans plusieurs productions cinématographiques, telles que De Père en flic, Le Sens de l’humour et Laurence anyways. En 2017, il joue dans deux films à succès; Votez Bougon ainsi que Père fils thérapie,  présenté sur les écrans québécois mais également en France.

Après avoir signé trois mises en scène au théâtre, Lucidité passagère, Cravate club et La Déprime, Patrice s’est vu confier une quatrième mise en scène d’importance : Les Tannants, en tournée en 2016-2017. Outre d’autres projets de mises en scène, Patrice travaille également sur plusieurs projets pour la télé, le web, ainsi qu’un spectacle théâtral solo. Depuis l’été 2016 à Drummondville ainsi qu’en tournée toute l’année 2017, on le voit dans la pièce L’Emmerdeur. Dès février 2017, il incarne une foule de personnages dans Les Loges, un projet qu’il a initié et disponible sur Vero.tv.

Patrice Coquereau donne également des conférences sur les troubles de l’anxiété via l’agence Formax.  Le printemps 2014 a été marqué par  la sortie de son livre Guérir à gorge déployée, ouvrage à caractère autobiographique et best seller, racontant principalement son parcours de guérison des troubles anxieux. 2016 a marqué les 30 ans de carrière de Patrice Coquereau, qui demeure enthousiaste et porté par de multiples projets pour l’avenir.

En janvier 2018, il monte sur les planches du TNM dans Les Fourberies de Scapin

Suivez ce lien pour consulter CV, bio, cahier de presse et démos.

Photo: Julien Faugère